Imprimer cette page
Logo RH-Terre

Catégorie : Actualités

Devenir chef de musique dans les armées

Musique des TDM Musique des TDM © COMMAT / armée de Terre

La DRHAT est chargée d’organiser les concours interne et externe pour recruter les chefs de musique dans les armées.

Insigne_musique.png

Les concours, pour devenir chef de musique, sont ouverts selon le besoin des formations musicales suivantes (de 1 à 4 places chaque année) :

  • Commandement des musiques de l'armée de terre (COMMAT):
  • musique des troupes de marine ;
  • musique des transmissions ;
  • musique des parachutistes ;
  • musique de l'infanterie ;
  • musique de l'arme blindée cavalerie ;
  • musique de l'artillerie ;
  • musique de la légion étrangère ;
  • Musique des équipages de la flotte de Toulon ;
  • Musique de l'air de Paris ;
  • Musique des forces aériennes de Bordeaux ;

birmingham_2.jpg© BERTHELOT FRANCOISDes niveaux élevés de pratique professionnelle et de formation musicale supérieure sont requis pour pouvoir s’inscrire à ces deux concours.

Le processus de sélection est en effet très sélectif. Les candidats autorisés à concourir passent dans un premier temps cinq épreuves d’admissibilité dont trois spécifiques d’une durée respective de 9 heures, 10 heures et 12 heures (orchestration d’une pièce musicale pour cette épreuve) sans pause.

Puis les candidats déclarés admissibles sont évalués lors de cinq épreuves d’admission. La plus importante est celle de travail et de direction d’orchestre : elle consiste à faire travailler une œuvre musicale imposée avec un orchestre puis à l’interpréter. D’une durée d’environ 1 heure, cette épreuve permet au jury d’évaluer les qualités de chef d’orchestre du candidat ainsi que son autorité sur l’orchestre.

Par ailleurs, une épreuve d’aptitude de 45 minutes permet au candidat d’exposer l'ambition de son projet artistique, de démontrer ses qualités de jugement et d'expression, ainsi que son niveau culturel.

Les candidats admis suivent une formation militaire initiale de trois mois au sein des Ecoles de Saint-Cyr Coëtquidan puis trois mois de formation technique au COMMAT à Versailles.

Les stagiaires doivent encore réussir la troisième et dernière étape du processus de sélection : l’examen de fin stage. Lors de l’épreuve pratique, ils doivent diriger une formation musicale militaire dans le cadre d’une prestation de cérémonial militaire en extérieur.

En cas de réussite, les lauréats sont promus au grade de lieutenant et intégrés dans le corps des chefs de musique. Ils occupent ensuite la fonction d’adjoint au chef de musique.


 Jeune chef de musique, le sous-lieutenant Grégoire témoigne

Métier spécifique dans les armées, le sous-lieutenant Grégoire est chef de musique. Il raconte son parcours.

Photo_Saint_Cyr_chef_de_musique.jpg© armée de Terre« J’ai commencé la musique au conservatoire de Limoges où j’ai étudié le piano, le cor d’harmonie et l’écriture musicale. Après mes études secondaires, j’ai intégré le conservatoire national supérieur de musique (CNSM) de Paris où j’ai obtenu les premiers prix d’écriture musicale, d’analyse et d’orchestration. Parallèlement à cela, je me suis formé à la direction de chœur auprès d’Ariel Alonso et Reta Kazarian, ainsi qu’à la direction d’orchestre avec Adrian McDonnell et Pierre-Michel Durand. J’ai d’ailleurs décroché mon prix de direction d’orchestre au conservatoire à rayonnement régional (CRR) de Paris en 2019.

Passionné par la composition et l’arrangement, j’ai travaillé avec de nombreux ensembles : l’Orchestre des Pays de Savoie, la Musique des Gardiens de la Paix, le projet Démos, l’Orchestre des Lauréats du Conservatoire. J’ai également signé la musique des trois dernières pièces de théâtre de Coline Serreau (Réalisatrice). En 2018, j’ai succédé à Sylvie Portal à la tête du chœur Aria de Paris.

 

En janvier et février 2020, j’ai passé le concours de chef de musique. Je savais que l’institution était réputée au sein du monde musical pour offrir aux musiciens un environnement professionnel et artistique de qualité. J’ai donc tenté ma chance. L’année du concours, les trois places offertes au recrutement l’étaient pour des formations inhérentes au Commandement des Musiques de l’Armée de Terre (COMMAT). L’armée de Terre s’est tout naturellement imposée à moi, c’est une armée dans laquelle je me sens bien.

Maintenant que j’ai rejoint l’Institution, je suis extrêmement enthousiaste à l’idée de travailler avec une formation orchestrale professionnelle de haut niveau.

Il me tient à cœur de proposer, comme de participer, à des projets artistiques qui permettront de faire rayonner la musique et l’armée de Terre. »


Éléments similaires (par tag)